UK  |   FR  |  NL   |  DE  |  US
Longevity Partners
   Archive
09 September 2020

Quatre Questions à Louise Ellison

Etienne Cadestin interviewe Louise Ellison - Responsable Development Durable à Hammerson Group, Présidente du Better Building Partnership (BBP) et du EPRA Sustainability Committe :

 

Pensez-vous que la pandémie COVID augmentera le besoin d'aborder les questions ESG dans le secteur immobilier ?

Le « besoin » n’augmentera pas car il est déjà là, mais l’attention qui y est portée augmente. La pandémie a attiré l'attention sur de nombreuses choses, mais le fil conducteur est souvent le risque. L'approche commerciale du risque changera probablement à la suite du choc de la pandémie, donc je m'attendrais à ce que le risque climatique soit plus spécifiquement référencé dans la stratégie commerciale - si nous avons appris quelque chose. L'ampleur et la rapidité de l'impact de la pandémie COVID ont pris les entreprises par surprise et pourtant les pandémies sont un risque compris, en particulier celui de la grippe. Il s'agissait manifestement d'un risque reconnu car le gouvernement avait déjà mis en place des scénarios, mais il semble que les informations produites par ces scénarios n'aient pas été mises en œuvre. Si nous l'appliquons au changement climatique et plus particulièrement au secteur immobilier, nous pouvons voir des parallèles clairs. On attend de plus en plus des entreprises qu'elles produisent des scénarios de risque climatique pour comprendre comment nos actifs fonctionneraient sous différents résultats climatiques afin d'éclairer notre stratégie et notre réflexion commerciales plus larges. Nous pouvons articuler à la fois les risques de transition et les risques physiques sur différentes périodes. Nous avons accès à des niveaux d'informations de plus en plus sophistiqués sur le changement climatique et sommes en mesure de réfléchir à ce que cela signifie pour nos entreprises. La question est : toutes ces connaissances sont-elles appliquées dans le cadre d'une stratégie commerciale à court, moyen et long terme ? Agissons-nous là-dessus ?

Un autre élément qui pousse à mettre davantage l'accent sur l'ESG est le nombre d'impacts environnementaux notables découlant du verrouillage, notamment l'amélioration de la qualité de l'air. La prise de conscience que cela a engendré de l'impact que nous pouvons avoir en changeant de comportement augmente les attentes des entreprises pour qu'elles prêchent la parole en termes d'impacts environnementaux. Nos bâtiments sont une forte manifestation des impacts sur les entreprises, il est donc de plus en plus important pour les entreprises de s'assurer que nos biens immobiliers fonctionnent vraiment bien et qu'il puisse être démontré qu'ils mettent bien tout en pratique.

 

La crise de Covid 19 a mis l'impact social au premier plan de l'agenda ESG. Pensez-vous que la partie S de l'ESG deviendra un élément obligatoire à aborder pour les gestionnaires d'investissement ?

Obligatoire est un mot très fort et peut créer des conséquences inattendues - nous pouvons tous trouver un moyen de démontrer que nous avons coché une case. Les investisseurs qui prennent le temps de comprendre ce qu'une entreprise ou un fonds fournit réellement et s'engagent avec eux pour l'améliorer peuvent créer des résultats plus significatifs. En tant que véritables propriétaires d'actifs et gestionnaires d'actifs, nous avons un rôle important à jouer au sein des communautés où nous opérons. Les défis immédiats que la pandémie a présentés aux plus vulnérables et les défis à long terme qu'elle créera, en particulier pour les jeunes, obligent les entreprises à se mobiliser et à trouver des moyens créatifs d'aider. On s'attend de plus en plus à ce que les entreprises veillent à ce que leurs impacts soient positifs, et pas simplement au niveau financier. Les entreprises qui réussissent sont plus susceptibles de prospérer. Ne pas comprendre votre rôle devient donc un risque et je peux voir le moment où les investisseurs attendrons des entreprises bénéficiaires qu'elles articulent leurs impacts sociaux et prennent des mesures pour s'assurer qu'elles sont positives.

 

Hammerson s'est engagé à devenir net positif d'ici 2030, comment ça se passe ?

C'est aussi difficile que vous pouvez le penser d’atteindre un objectif si ambitieux. Cependant, cela a concentré notre attention vers un seul objectif et a conduit à un changement plus rapide que je ne m'y attendais. Hammerson avait un solide programme de développement durable avant de fixer ces objectifs, mais cela a déclenché un certain nombre de changements, en particulier dans les processus internes. Ceux-ci rendent plus explicites les implications des décisions en matière de durabilité, ce qui, à son tour, modifie ce que nous choisissons de faire. Ces objectifs ont, par exemple, soutenu nos investissements dans la technologie et les énergies renouvelables. Nos équipes de développement se concentrent sur la façon dont nous réalisons des bâtiments net zéro carbone, à la fois incarnés et opérationnels, et établissent un programme très fort pour les équipes de conception. La fixation d'objectifs nets positifs si tôt nous a permis de prendre une longueur d'avance dans notre réflexion afin que nous soyons prêts à examiner les trajectoires de net zéro carbone pour nos actifs. Je pense que cela a été l'une des leçons les plus importantes - Hammerson ayant agi tôt en prenant le changement climatique au sérieux signifie que nous sommes en mesure de répondre aux défis croissants qu'il présente et aux demandes analogues de nos investisseurs et de toutes nos parties prenantes. Ainsi, fixer cet objectif ambitieux pour devenir net positif présente des avantages plus larges que la simple réalisation de cet objectif.

 

Si vous aviez un message à transmettre aux leaders du secteur immobilier, quel serait-il ?

Qu'il n'y a pas de vaccin contre le changement climatique, donnez-lui donc le respect qu'il mérite. Nous vivons en ce moment même ce qui se passe lorsqu'un risque majeur et identifiable se manifeste sans avertissement. Nous connaissons déjà le changement climatique et pouvons voir les risques pour l'économie mondiale, mais nous semblons toujours réticents ou incapables de prendre les grandes décisions nécessaires pour aller de l'avant. Comprenez ce que le changement climatique est susceptible de faire à vos actifs et à votre entreprise et, si vous ne l'avez pas déjà fait, élaborez un plan.