UK  |   FR  |  NL   |  DE  |  US  |  JP
Longevity Partners
   Archive
16 July 2021

Les arguments en faveur du ' bounce-forward ' ; une infrastructure résiliente au changement climatique

Carson Smith

La notion de résilience a été au premier plan des discussions mondiales ces dernières années, et elle est devenue encore plus importante dans le contexte de la crise sanitaire. La résilience implique la stabilité et la durabilité en cas de circonstances imprévues, comme une catastrophe naturelle, ou une pandémie mondiale.

Lors de l'élaboration de plans de résilience climat pour le lsecteur du bâti, deux stratégies sont à envisager : l'approche "bounce-back" et celle "bounce-forward". Le "bounce-back" implique le retour à un état stable antérieur ou à un équilibre singulier. L'approche "bounce-forward" tient compte de l'adaptation continue aux perturbations ou aux changements de l'état d'équilibre, ou des systèmes à équilibres multiples.

Étant donné que le changement climatique modifie constamment l'équilibre environnemental global, les approches de type "bounce-back" sont de moins en moins applicables en pratique. Cependant, la majorité des efforts de résilience dans le secteur de la construction aux États-Unis utilisent une approche de "bounce-back", qui ne vise pas nécessairement à s'adapter aux changements futurs.

L'État du Texas illustre bien cette approche de résilience "bounce-back". En raison de sa proximité avec la côte du golfe, l'État du Texas subit chaque année plusieurs ouragans et tempêtes tropicales pendant les mois les plus chauds. En 2017, l'ouragan Harvey a causé une perte de 3,8 milliards de dollars du produit brut de l'État (PBE) - plus de deux fois le PBE total de 2016 - et a accumulé 125 milliards de dollars de dommages totaux. Ces types de phénomènes météorologiques violents ne sont pas nouveaux pour l'État du Texas, ni pour ses dirigeants. Malgré les preuves évidentes de la nécessité d'une résilience climatique réfléchie et efficace dans l le secteur de la construction, l'intérêt politique et le financement à l'échelle de l'État sont toujours absents. 

Nous voici en février 2021 : un gel sans précédent, durant une longue semaine et mettant l'État du Texas hors service. La tempête de verglas a une fois de plus mis en évidence les lacunes en matière de préparation aux catastrophes - principalement le manque d'infrastructures résilientes, telles que des centrales électriques/systèmes résistants aux intempéries et autres effets du réseau électrique déréglementé du Texas. La tempête a entraîné des pannes généralisées qui ont privé des millions de personnes d'électricité, de chauffage et d'eau pendant plusieurs jours. Les dommages totaux causés par les pertes de récoltes, les pannes de courant, les coupures d'eau et les ruptures de canalisations sont estimés à 130 milliards de dollars à l'échelle de l'État, sans parler du nombre accablant de vies perdues.

Près de quatre ans se sont écoulés depuis l'ouragan Harvey, sans que des efforts législatifs significatifs aient été déployés pour renforcer la résilience climatique du Texas. Peu de choses ont changé depuis février - en réalité, au cours des deux dernières semaines, les Texans ont été avertis du risque de pannes d'électricité prolongées tout au long de l'été, à mesure que les températures montent et que la demande d'électricité augmente. Pour éviter une défaillance complète des infrastructures, il est impératif que l'État du Texas intègre la résilience climatique dans l'élaboration des politiques et l'allocation des budgets.

La résilience ne peut être réactive. Bien que nous ne puissions pas prédire la météo, ni l'impact exact que le changement climatique aura sur l'environnement bâti, nous pouvons profiter des leçons tirées des erreurs du passé et nous fier aux experts pour protéger nos biens et nos communautés à terme grâce à une planification et une construction résilientes.