UK  |   FR  |  NL   |  DE  |  US  |  JP
Longevity Partners
   Archive
27 September 2021

Green Deals : différences entre les États-Unis et l'Union européenne

En 2019, des propositions de plans de développement durable - ou "Green Deal" - ont été présentées par l'Union européenne et les États-Unis. Ces deux plans visent à s'attaquer aux problèmes environnementaux, au premier rang desquels le changement climatique, tout en favorisant la croissance économique et la justice sociale. Ces plans ont pris une importance croissante dans le contexte du redressement de la crise du COVID-19. Le Green New Deal a été rejeté par le Sénat américain au cours de la même année, tandis que le Green Deal européen a été approuvé par le Parlement européen en janvier 2020. Cet article se concentre sur les facteurs qui pourraient expliquer ces différents résultats.

Un ciblage clair sur l'action climatique

Les deux plans se sont concentrés sur l'action climatique. Leur objectif central était de parvenir à des émissions nettes nulles en 2030 et 2050, respectivement aux États-Unis et dans l'UE. L'accent est mis sur une transition juste et inclusive, en aidant les pays et les communautés qui auraient plus de mal à s'adapter. Parmi les autres sujets abordés figurent la protection et la restauration de la biodiversité, la réduction de la pollution et le passage à une économie propre et circulaire. 1,2

Le Green Deal de l'UE : des mesures concrètes vers la neutralité carbone

Au cours de mon étude, j'ai exploré les différents facteurs qui pourraient expliquer pourquoi, malgré la similitude de ces deux plans, l'un a été accepté par le Parlement européen, tandis que l'autre a été rejeté par le Sénat américain. Une première explication peut être trouvée dans la structure de ces plans. Le Green Deal européen est plus complet et détaillé, et les objectifs sont à la fois clairs et mesurables. Le fait que le Green Deal européen ait été étayé par des mesures politiques concrètes a été la clé de son succès. Parmi les exemples de nouvelles lois et réglementations adoptées pour atteindre les objectifs du Green Deal européen, citons : la loi européenne sur le climat, un nouvel ensemble de lois sur l'énergie et le climat (paquet "Fit for 55"), et le Pacte européen pour le climat. 3,4 Ces politiques fournissent une feuille de route claire pour l'UE vers la neutralité carbone d'ici 2050 et l'objectif intermédiaire de -55 % d'émissions de GES d'ici 2030. Elles reconnaissent également la nécessité d'impliquer toutes les parties de la société dans cette transition afin de s'assurer que personne n'est laissé pour compte.  

Quelle est la prochaine étape pour le Green New Deal?  

Sous la présidence de Donald Trump, les États-Unis ont été la première nation à se retirer de l'Accord de Paris. 5 Trump a ouvertement exprimé ses doutes à l'égard du changement climatique d'origine humaine à de nombreuses reprises au cours de sa présidence. 6 Plusieurs autres politiciens américains ont fait des déclarations similaires, toutes soutenues par des recherches qui peuvent souvent être rattachées à l'industrie des combustibles fossiles. Ce manque de volonté politique d'agir sur le changement climatique, et plus largement sur la durabilité, est probablement la principale raison du rejet du Green New Deal.

Contrairement au Green Deal de l'UE, le Green New Deal n’était que très peu concret et ne présentait pas les mesures pratiques  que l'administration adopterait  pour le mettre en œuvre. Son objectif d'atteindre la neutralité climatique d'ici 2030 peut être l'une des principales raisons de la désapprobation dont il a fait l'objet. L'objectif peut en effet être considéré comme relativement ambitieux. Les critiques américains affirment pour la plupart que le plan est irréaliste et considèrent que l'échéance est impossible à atteindre.

Le Green New Deal américain a été relancé en 2021. Bien qu'il soit peu probable que le plan soit accepté tel quel, il est possible qu'il influence la création d'autres mesures plus modérées en matière de changement climatique, et qu'il serve de véhicule de mise en œuvre pour l'ambitieux programme climatique de Joe Biden. Après être devenu président, Joe Biden a immédiatement réintégré l'Accord de Paris, a adopté les valeurs fondamentales du Green New Deal ets'est engagé à réduire les émissions de 50 % d'ici 2030. 7

Dans son plan climatique, Joe Biden souhaite s’orienter vers la construction de bâtiments à zéro émission nette et à investir dans la décarbonisation. Cela pourrait inciter davantage les constructeurs et les investisseurs à stimuler leurs activités durables et à investir dans la transformation écologique de leurs bâtiments. 

Comprendre les exigences réglementaires actuelles et les tendances politiques futures entourant les questions ESG est essentiel pour le succès de votre stratégie commerciale. Les experts de Longevity suivent de près les mises à jour du cadre politique de l'UE et des États-Unis en matière de commerce durable. Notre équipe peut vous aider à comprendre les implications spécifiques que ces mesures auront pour votre entreprise et vous assister dans votre parcours de conformité.  

Pour plus d'informations sur la façon dont Longevity Partners peut vous soutenir, contactez NOTRE ÉQUIPE.