UK  |   FR  |  NL   |  DE  |  US  |  JP
Longevity Partners
   Archive
27 September 2021

Scope 3 : le principal défi de l'empreinte carbone

Alors que la nécessité de réduire nos émissions de gaz à effet de serre devient de plus en plus urgente, il est crucial de comprendre les sources de ces émissions. En comprenant comment est constituée l'empreinte carbone d'un actif ou d'un projet de construction, nous pouvons identifier les meilleures opportunités d'investissement pour réduire les émissions. Mais ces émissions ne sont pas toujours faciles à s contrôler, et dans des projets complexes comme la construction d'un bâtiment, le nombre d'éléments à prendre en compte peut être considérable.

Dans la construction de bâtiments ou d'infrastructures, certaines des émissions sont générées  par l'entreprise de construction et sont donc faciles à suivre. C'est le cas des émissions du champ d'application 1, qui représentent les émissions directes des installations fixes et mobiles de l'entreprise. Par exemple, dans un projet de construction, il peut s'agir des générateurs d'électricité sur un chantier. Les émissions du champ d'application 2, résultant de l'achat d'électricité, de la climatisation et du chauffage, sont également relativement simples à suivre. Les compteurs d'électricité et les factures sont des moyens courants de contrôler les émissions de portée 2. Le principal défi, cependant, réside dans le suivi des émissions de portée 3.

Les émissions de portée 3 sont des émissions indirectes, en amont et en aval des activités des entreprises, qui ne sont pas incluses dans les émissions de portée 1 et 2 de l'entreprise. En d'autres termes, il s'agit de l'émission résultant de l'utilisation de tout moyen, service, matériel, produit, etc., fourni par un tiers pour accomplir un projet donné. Par exemple, les émissions du champ d'application 3 dans un projet de construction, pourraient faire référence au traitement des déchets, aux déplacements des employés, au transport des marchandises, à l'extraction et à la production de matériaux, et à la fabrication de machines. Même si l'entreprise de construction n'a pas de contrôle direct sur ces émissions, elles font partie de l'empreinte carbone de portée 3 du projet.

Contrairement aux portées 1 et 2, les émissions de portée 3 sont à la fois diverses et difficiles à suivre. Le principal problème est que ces émissions sont générées par des entités sur lesquelles la société déclarante a moins de contrôle.Environ 75 % 1 des émissions totales  générées pendant la durée de vie d'un bâtiment classique  se produisent pendant la phase de construction. Dans un projet de construction, les émissions du champ d'application 3, notamment les fournitures de construction, l'amortissement des machines, le transport du personnel et les services, représentent environ 80 % des émissions totales. Cela explique pourquoi il est si important de comprendre et de suivre les émissions du champ d'application 3.

Aujourd'hui, la méthode standard pour calculer les émissions du champ d'application 3 consiste à utiliser des facteurs d'émission moyens de l'industrie qui fournissent des valeurs unitaires (tCO2/unité) pour estimer l'empreinte carbone d'une fourniture ou d'un service. Ces facteurs d'émission aident grandement à estimer les émissions, mais leur précision reste assez limitée. Habituellement, ces facteurs d'émission sont calculés avec des données provenant d'une zone géographique restreinte pendant une période de temps limitée. Cela signifie que le facteur d'émission d'une tonne de béton produite en France ne peut pas être appliqué à la même quantité de béton importée de Chine. De même, le facteur d'émission d'une grue fabriquée en 2020 ne s'applique pas à une grue produite en 2010. Bien que les bases de données de facteurs d'émission soient de plus en plus diversifiées, elles limitent généralement la précision des études environnementales et des prises de décision. Par exemple, les estimations et les moyennes industrielles utilisées pour calculer les facteurs d'émission ne peuvent pas être utilisées pour sélectionner des fournisseurs responsables, car tous les fournisseurs n'ont pas les mêmes émissions associées à leur produit.

Une autre difficulté dans le calcul du scope 3 est la connaissance limitée qui existe pour l'historique des matériaux utilisés dans le projet. Les ingénieurs et consultants en environnement qui traitent les informations sur un projet de construction ont généralement peu d'informations sur ces facteurs. Par exemple, lors de la construction d'un pont, différents matériaux sont achetés dans plusieurs pays. Si les données relatives à la quantité et à la qualité des matériaux sont généralement disponibles, les informations concernant la méthode de transport (par exemple, bateau ou train), la méthode de production (par exemple, énergie consommée, origine des matériaux), etc. ne sont pas toujours évidentes à trouver et nécessitent des recherches plus approfondies. Ainsi, plusieurs  hypothèses sont formulées afin d'estimer les résultats. Cela peut à nouveau générer un degré d'incertitude important pour ces calculs.

Cette incertitude, qui affecte plus de 80 % des émissions d'une entreprise, exige de meilleures solutions de suivi et de rapports environnementaux. Avoir une compréhension détaillée des émissions du champ d'application 3 permettra aux entreprises d'optimiser leurs émissions en s’adressant à des fournisseurs et des entrepreneurs responsables. Cela sera source de davantage de  concurrence entre les entreprises et les aidera à gagner la confiance des clients. En outre, cela leur fournira un outil décisionnel puissant afin de mieux identifier les opportunités de développement et d'investissement pour réduire leurs émissions de carbone. Selon le protocole GHG pour les émissions de carbone de portée 3, il existe 15 catégories qui peuvent être abordées. Longevity Partners peut aider ses clients à identifier les sources d'émissions Scope 3 et à déterminer la matérialité de chaque source conformément au :

GHG Protocol Scope 3 Calculation Guidance

UKGBC Guide to Scope 3 Reporting in Commercial Real Estate (en anglais)

Frontière cible fixée par les initiatives Advancing Net Zero de l'UKGBC

Longevity Partners estimera les contributions aux émissions selon les principes comptables du GHG Protocol et définira les limites des émissions Scope 3 en fonction de la pertinence de chaque source d'émission et de leur contribution à l'inventaire des émissions du client. Enfin, notre équipe établira une base de référence des émissions Scope 3 en utilisant le GHG Protocol Quantis Scope 3 Evaluator.

 

Bibliographie

[1] CURBED, "Comment les bâtiments contribuent-ils au changement climatique ?", [En ligne]. Disponible : https://archive.curbed.com/2019/9/19/20874234/buildings-carbon-emissions-climate-change.

[2] B. Bidabad, "CARBON FOOTPRINT OF VINCI'S LARGE PROJECTS", 2020. [En ligne]. Disponible : http://www.benyaminbidabad.com/wp-content/uploads/2021/07/Internship-Report-VINCI-Construction-Benyamin-BIDABAD_compressed.pdf.